En este grupo En todos

Foro de Francés



Quels sont pour vous les plus beaux poèmes d'amour en français?

Maite
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 26/03/2011

Bonjour à tous:
Étant donné que mon travail occupe presque entièrement ma journée, j'ai un peu oublié la belle poésie française. Cependant, j'adore, et c'est grâce à ce forum que j'ai pu relire de très beaux poèmes qui ont fait revenir à ma mémoire des souvenirs universitaries.

Quels sont pour vous, les plus beaux poèmes d'amour en français?

Je choisis cette fois-ci un poème de Victor Hugo qui me donne toujours le frison. C'est un vrai poème d'amour, l'amour père-fille. Ce sont les vers que Victor Hugo a écrit à sa fille morte. C'est le poème XIV (3 septembre 1847) de son reccueil "Les Contemplations"

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.

J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.


Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.


Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Bonne journée à tous.

Maite.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 26/03/2011

Chère Maite,

Tout comme toi, j'adore cette poésie de Victor Hugo. Quant à moi, j'ai choisi "La courbe de tes yeux" d' Eluard, poète de la première moitié du XXème et un des piliers du surréalisme.


La Courbe de tes yeux
La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d'une couvée d'aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l'innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul ELUARD, Capitale de la douleur , (1926)


Bonne journée à toutes et à tous,

Ana



Cladir Gabriel-garcía
Letras universidade de são paulo
Escrito por Cladir Gabriel-garcía
el 27/03/2011

Chere Maite, Chere Ana,
J'aime
beaucoup de poèmes de la littérature française , mais quelques phrases de la musique populaire , en particulier des chansons, me touchent profondément comme par exemple paroles de Piaff, Legrand, Alan Stivel etc. De Stivel , "Crepuscule sur la rade", de 1966 -... "Quand le soleil innoie le ciel et la mer, de rayons couleur d'espoir, quand le soir tombe sur la contrée, je ne pense qu'a toi, mon amour. Tes grands yeux verts comme la mer celtique se perdent vers les etoiles et de que jái aperçois tes levres.... Et, de Mathieu en "Un monde avec toi" -

Et notre ciel était clair et sans pareil
La poussière à nos pieds semblait de l'or
La moindre lueur était soleil
Mais ce rêve pour toi fut bien trop fort

Depuis chaque nuit
Mon chagrin rebâtit
Un monde avec toi
Où ta voix crie je t'aime!
Muchas gracias por invitarme , abrazos desde Brasil.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 28/03/2011

Voici une autre poésie de mon poète préféré, Baudelaire

À une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... Puis la nuit! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité?

Ailleurs, bien loin d'ici! Trop tard! Jamais peut-être!
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais!

Baudelaire
Les Fleurs du mal , 1857


Très cordialement,

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 28/03/2011

Chères Ana et Cladir,
Merci pour votre participation dans ce débat
Cladir, tu as raison, beaucoup de paroles de certaines chansons sont de vrais poèmes d'amour. J'ai beaucoup aimé cet extrait que tu nous as apporté.

Ana, "À une passante" c'est poème que j'adore. Moi aussi, j'aime Baudelaire. Il en est de même en ce qui concerne Paul Éluard, c'est pourquoi, je vous apporte aujourd'hui son poème "Je t'aime".

Avant de le lire, une petite introduction que j'ai trouvée dans un livre de Littérature.

Les figures féminines sont omniprésentes dasn une grande partie de l'oeuvre d'Éluard, évoquant les compagnes qui se sont succédé dans sa vie. En 1846, la mort de Nusch, qu'il avait épousée en 1934 le laisse désespéré, mais il retrouve une certaine sérénité avec la rencontre de dominique, en 1949. C'est cette résurrection qu'il évoque dans un reccueil au titre évocateur, le Phénix (1951).



Je t'aime

Paul Eluard (1895-1952)

Je t'aime pour toutes les femmes que je n'ai pas connues
Je t'aime pour tous les temps où je n'ai pas vécu
Pour l'odeur du grand large et l'odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que l'homme n'effraie pas
Je t'aime pour aimer
Je t'aime pour toutes les femmes que je n'aime pas

Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
Sans toi je ne vois rien q'une étendue déserte
Entre autrefois et aujourd'hui
Il y a toutes ces morts que j'ai franchies sur la paille
Je n'ai pas pu percer le mur de mon miroir
Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie
Comme on oublie

Je t'aime pour ta sagesse qui n'est pas la mienne
Pour la santé
Je t'aime contre tout ce qui n'est qu'illusion
Pour ce coeur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n'es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.


Bonne soirée à tous.

Maite.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 29/03/2011

Merci Maite pour ce magnifique poème.

Bonne continuation,

Ana

Cheletes Hernandez
Empresariado valladolid
Escrito por Cheletes Hernandez
el 30/03/2011

Os sigo en todo lo relativo a francés.
Gracias por estas poesias.
No puedo entrar siempre que quisiera por que estoy trabajando.
Pero... Me interesa mucho lo que leo.
los martes viene una profesora francesa a casa y hablamos en francés.
Escribir me cuesta mucho pero traducir se me da muy bien.
tengo ganas de jubilarme para seguiros mas, sólo me quedan dos años.
un saludo
Cheletes

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 30/03/2011

Gracias a Maite, a Ana y a Cladir, por mantener este debate.


Espero que tanto ellas como otros amigos y amigas nos sigan haciendo disfrutar en este debate con sus aportaciones.


Víctor

Maria Del Carmen Gonzalez Gomez
Secretaria ejecutiva centro educativo ...
Escrito por Maria Del Carmen Gonzalez Gomez
el 30/03/2011

les poèmes sont des morceaux de l' âme , une expression de l'esprit.

Il n'y a pas d'amour heureux

Louis Aragon (1897-1982)

Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs
Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous les deux


Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 30/03/2011

C'est une très belle poésie que tu as choisie María Del Carmen et qui a été mise en musique par Georges Brassens.


Voici une autre poésie qui me plaît particulièrement.


Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur transparent
Pour elle seule, hélas! Cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l'ignore.
Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.


Paul Verlaine (Poèmes saturniens)

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 30/03/2011

Quels beaux poèmes! Merci Mª del carmen, merci Ana.

En voilà un autre de Paul Éluard.

L'Amoureuse

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

Paul ELUARD, Mourir ne pas mourir (1924)


Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 31/03/2011

Bonsoir à tous. Je viens de découvrir ce beau poème er me voilà prête à le partager avec vous.


"Le meilleur moment des amours


Le meilleur moment des amours
N'est pas quand on a dit : Je t'aime.
Il est dans le silence même
À demi rompu tous les jours ;

Il est dans les intelligences
Promptes et furtives des cœurs ;
Il est dans les feintes rigueurs
Et les secrètes indulgences ;

Il est dans le frisson du bras
Où se pose la main qui tremble,
Dans la page qu'on tourne ensemble,
Et que pourtant on ne lit pas.

Heure unique où la bouche close
Par sa pudeur seule en dit tant!
Où le cœur s'ouvre en éclatant
Tout bas, comme un bouton de rose.

Où le parfum seul des cheveux
Paraît une faveur conquise...
Heure de la tendresse exquise
Où les respects sont des aveux!"

Sully Prudhomme.



Bonne nuit à tous.

Maite

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 31/03/2011

Maite, c'est une très belle poésie que je méconnaissais.

Bonne nuit,

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 31/03/2011

Merci, Ana. Bonne nuit à toi aussi.
Maite.