En este grupo En todos

Foro de Francés



Le temps

Ana
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Bonjour Marta,

Comme tout être humain déjà d'un certain âge, je suis pétrie de souvenirs et pourrais tomber dans l'erreur d'anticiper l'avenir ce que je refuse de faire car ce que nous imaginons ne colle jamais à la réalité. Je suis de plus en plus convaincue que l'on vit beaucoup mieux si l'on se consacre au moment présent, à aider son prochain dans la mesure de ses possibilités, en fait tout simplement aimer ceux et celles qui nous entourent. Le temps passe, il est certain, inexorablement mais je n'ai aucun regret de la personne que j'ai pu être hier puisqu'aujourd'hui maintenant, je continue à être utile en rencontrant des gens fort intéressants qui m'enrichissent par leurs idées, leur culture etc

Depuis que j'ai lu Eckhart Tolle et écouté ses conférences, je suis de plus en plus persuadée que c'est seulement en se plongeant dans le présent que l'on reste réellement vivant puisque c'est seulement ici et maintenant que je peux venir en aide à l'autre. Je partage totalement les idées d' Ekhart Tolle qui explique très simplement que le temps n'a rien de précieux; ce qui est vraiment significatif c'est ce point hors du temps que l'on nomme "maintenant". Plus une personne se réfugie dans son passé ou dans la projection de son avenir hypothétique, plus elle s'éloigne de ce qui existe véritablement: ce maintenant dont je parlais quelques lignes plus haut. Le présent éternel est l'unique espace dans lequel se déploie notre vie, le seul facteur qui demeure inaltérable. La vie telle que je la conçois est ce "maintenant" que personne ne peut m'arracher et à partir duquel je peux agir.

Je terminerai sur ces deux phrases d'Ekhart Tolle. "El ahora es el único punto que puede llevarte más allá de los limitados confines de la mente.. Es tu único punto de acceso al reino informe e intemporal del Ser".


Merci Marta pour ouvrir ce débat.

Ana


Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

N'empêche, Ana, que l'on ne peut pas chasser les souvenirs et que l'on ne peut pas éviter d'établir des projets d'avenir...

Je dois avouer, Marta, que je ne sais pas encore trop bien comment faire pour que, dans certaines circonstances, le temps coule plus vite. Ce besoin apparaît surtout dans des circonstances plus ou moins pénibles, lorsque nous voulons en être vite libérés: un discours ennuyant, une attente stérile et angoissante, un voyage en avion qui ne finit jamais, la compagnie d'une personne qui nous semble désagréable, etc. Jusqu'à présent, le seul remède que j'ai trouvé -en dehors d'essayer de m'isoler dans un autre monde, dans une lecture ou de prendre des notes- est de savoir que les minutes, inexorables, implacables, inévitables, passent les unes après les autres... Dans de telles circonstances, savoir cela est une consolation, même si elle est maigre.

Quand, par contre, le temps semble passer plus vite qu'il ne serait souhaitable, je crois que nous devons essayer alors de savourer au maximum le moment présent et de le vivre intensément (là, je rejoins Ana et Ekhart Tolle) afin de nous en imprégner pour l'emmagasiner dans notre mémoire de façon telle que nous puissions disposer de lui à tout moment.

Joli débat, Marta!
Víctor

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Víctor, je ne crois pas avoir écrit que je chassais mes souvenirs bien au contraire, ils sont là bien présents en moi mais seulement en tant que souvenirs. Ce que j’ai voulu expliquer et certainement très maladroitement, c’est que je trouve au quotidien des gens passéistes qui regrettent le temps passé : ce n’est pas mon cas ; je suis le fruit aujourd’hui de tous mes souvenirs et ce sont eux qui me font avancer dans la direction que je pense correcte.
Les souvenirs sont une chose très personnelle et même si deux personnes ont vécu ensemble une même expérience, on remarque très souvent que la mémoire qu’ils en ont est bien différente. Par exemple, étant jeune, lorsque je sortais avec mon mari avec notre groupe d’amis/es français/es et espagnols/es, je me souviens de l’habillement de chacun, du menu que nous avons dégusté, des conversations… par contre mon mari se rappelle exclusivement et de façon incroyable de toutes les chansons et musiques que ce soir-là nous avons tous écoutées. La mémoire est donc sélective pour chacun d’entre nous, même si le résultat est exactement identique : nous nous souvenons d’avoir passé une excellente soirée.
Je me suis trouvée très rarement dans des circonstances où le temps m’a paru terriblement long en compagnie de gens qui ne m’intéressaient guère car mes crises récurrentes de migraines très fortes de 72 heures consécutives avec des vomissements toutes les vingt minutes, tous les mois m’ont appris à être très, mais très patiente Personne ne pouvait rien pour moi ; ma seule solution : lâcher prise et m’offrir à la maladie. Mon meilleur maître : l’enfer de cette maladie pourtant très mal reconnue par le commun des mortels, les médecins et même les neurologues les plus réputés. J’ai énormément souffert chaque mois physiquement et psychologiquement, car de plus j’ai toujours travaillé excepté lors de ces crises. C’est pourquoi et j’en viens à la deuxième partie de mon exposition, il m’a été très difficile de planifier, d’anticiper par exemple des voyages à cause de ce mal. En fin de compte, nous sommes le résultat de nos circonstances. Je reconnais que j’ai appris à vivre plus au jour le jour. Pour moi, un jour sans crise de migraines était un jour de fête … Le reste « pecata minuta ». Et même aujourd’hui, si je suis pratiquement guérie de cette plaie dont ma fille a hérité, j’ai toujours l’épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Comme tu le comprendras et comme vous le comprendrez, actuellement ma meilleure façon de vivre est celle de profiter du moment présent et dans ces cas-là, ce temps qui m’est accordé est un véritable cadeau. J’ai l’impression de vivre deux vies, dix vies et j’en profite au maximum et essaie d’en faire profiter au maximum à tous ceux que j’aime. Ce n’est certainement pas un choix de vie, c’est tout simplement la meilleure solution que j’ai trouvée.

Ana

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

Parfaitement expliqué et compris, Ana. Toi, avec ceux qui sont dans ta situation, tu as dû apprendre à profiter du moment présent comme personne.

Merci pour partager avec nous ta réalité!

Víctor

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Merci Víctor pour ta compréhension. Néanmoins, si j’ai expliqué le récit de ma vie, c’est dans le seul but d’être tout simplement le porte-parole de nombreuses personnes qui, grâce à la maladie (car malgré les apparences, je pense sincèrement que ce fut un cadeau) ont une perception du temps quelque peu différente du reste des humains.

Ana

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

C'est bien une des choses qui avaient été comprises, Ana.

Víctor

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

Pour égayer un peu ce débat:

Le temps , de Charles Aznavour.


Laisse-moi guider tes pas dans l'existence
Laisse-moi la chance de me faire aimer
Viens, comme une enfant, au creux de mon épaule
Laisse-moi le rôle de te faire oublier

Le temps qui va
Le temps qui sommeille
Le temps sans joie
Le temps des merveilles
Le temps d'un jour
Temps d'une seconde
Le temps qui court
Ou celui qui gronde

{Refrain:}
Le temps, le temps
Le temps et rien d'autre
Le tien, le mien
Celui qu'on veut nôtre
Le temps, le temps
Le temps et rien d'autre
Le tien, le mien
Celui qu'on veut nôtre

Le temps passé
Celui qui va naître
Le temps d'aimer
Et de disparaître
Le temps des pleurs
Le temps de la chance
Le temps qui meurt
Le temps des vacances

{au Refrain}

Le temps glorieux
Le temps d'avant-guerre
Le temps des jeux
Le temps des affaires
Le temps joyeux
Le temps des mensonges
Le temps frileux
Et le temps des songes

{au Refrain}

Le temps des crues
Le temps des folies
Le temps perdu
Le temps de la vie
Le temps qui vient
Jamais ne s'arrête
Et je sais bien
Que la vie est faite

Du temps des uns
Et du temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre
Le temps des uns
Et le temps des autres
Le tien, le mien
Peut devenir nôtre

Le temps

{au Refrain}

Le temps, le temps, le temps

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Merci, Víctor pour cette très belle chanson.

En voici une autre de Pascal Obispo.

Paroles Pascal Obispo Lucie


Lucie , Lucie c'est moi je sais,



Il y a des soirs comme ça où tout...
S’écroule autour de vous.
Sans trop savoir pourquoi toujours

Regarder devant soi
Sans Jamais baisser les bras, je sais...
C'est pas le remède à tout,
Mais faut s'forcer parfois...

Lucie , Lucie dépêche toi, on vit,
On ne meurt qu'une fois...
Et on n'a le temps de rien,
Que c'est déjà la fin mais...

{Refrain:}

C'est pas marqué dans les livres,
Le plus important à vivre,
Est de vivre au jour le jour.
Le temps c'est de l'Amour...

Même, si je n'ai pas le temps,
D'assurer mes sentiments...
J'ai en moi, oh de plus en plus fort,
Des envies d'encore...

Tu sais, non, je n'ai plus à cœur,
De réparer mes erreurs ou de,
Refaire c'qu'est plus à faire :
Revenir en arrière...

Lucie , Lucie t'arrête pas, on ne vit
Qu'une vie à la fois...
A peine le temps de savoir,
Qu'il est déjà trop tard mais...

{Refrain}

Oh, Lucie , j'ai fais le tour,
De tant d'histoires d'amour.
J'ai bien, bien assez de courage,
Pour tourner d'autres pages, sache...

Que le temps nous est compté.
Faut jamais se retourner, en s'disant,
"Que c'est dommage,
d’avoir passé l'âge"

Lucie , Lucie t'encombre pas
De souvenirs, de choses comme ça.
Aucun regret ne vaut le coup
Pour qu'on le garde en nous mais...

{Refrain x2}

Ana

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Merci Marta de nous faire partager ce texte si bien senti, écrit par ton ami.

Très affectueusement

Ana

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

Rendons à Jules ce qui appartient à César!

Marta ne dominant pas encore trop bien la langue française, je crois qu'elle a seulement voulu dire que son ami lui a envoyé cette belle phrase et non pas qu'il l'ait écrite puisque c'est apparemment Henry van Dike qui l'a fait.

Écrire cela montre que son auteur est une personne très sensible (de même que ceux qui la partagent avec leurs amis, d'ailleurs...).

Víctor

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

Jolie chanson que celle que tu nous a offerte là, Ana. Je ne la connaissais pas (et pourtant, ma fille s'appelle Lucy...).

Vivre au jour le jour... , voilà que cela te rejoint.

Víctor

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 13/08/2010

Notre vie quotidienne étant jonchée de chansons, je vais faire appel cette fois-ci au grand Georges Brassens pour illustrer les nombreuses perceptions de la notion du temps chronologique.

Ici, Brassens, dans une sorte de "remix" de Pierre Corneille et de Tristan Bernard, nous offre Marquise (voir vidéo):

Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guères mieux.
{2x}

Le temps aux plus belles choses
Se plaîst à faire un affront
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.
{2x}

Le mesme cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m'a vu ce que vous estes;
Vous serez ce que je suis.
{2x}

Peut-être que je serai vieille,
Répond Marquise, cependant
J'ai vingt-six ans, mon vieux Corneille,
Et je t'emmerde en attendant.
{2x}

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Et pour Ronsard, seule existe l'immortalité poétique


Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle *


Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise aupres du feu, devidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant :
Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Desja sous le labeur à demy sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant,
Benissant vostre nom de louange immortelle.

Je seray sous la terre et fantaume sans os :
Par les ombres myrteux je prendray mon repos :
Vous serez au fouyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et vostre fier desdain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie.


* Ronsard présente un avenir sombre, afin d'inciter Hélène à jouir du présent.

Recueil: Sonnets pour Hélène

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 13/08/2010

Bonsoir à toutes et à tous,

J'aurais aimé vous laisser le lien pour que vous puissiez écouter la chanson "Lucie", mais je ne sais pas encore le faire; j'espère que vous l'avez trouvée sans difficulté!

PS. Merci Víctor pour le lien d'Henry Van Dyke que je ne connaissais pas.

Ana


Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 14/08/2010

Bonsoir Ana,

Je viens de trouver le vidéo de Pascal Obispo chantant Lucie ( CLIC !). La chanson est plus belle que je ne pensais (à voir le physique de Pascal, que je ne connaissais pas, on se méprendrait sur son style) (cette chanson me rappelle le poème "Palabras para Julia" de José Agustín Goytisolo).
Merci Ana!

Víctor

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 14/08/2010

Bonsoir Víctor,

C'est moi qui te remercie pour avoir pris le temps de rechercher la chanson Lucie d'Obispo, un auteur, compositeur et interprète très camaléonique (il change très souvent de look). Il a écrit et continue à écrire de très belles chansons...

Merci à toi Víctor!

Ana

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 14/08/2010

Bonsoir Víctor,

Je me souviens maintenant de cette poésie dont tu parles: "Palabras para Julia" que j'ai connue grâce à Paco Ibañez.

À bientôt

Ana

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 15/08/2010

Avant tout, puisque nous sommes ici pour améliorer notre français, quelques petites corrections:
______________________________________________________________________________
Escrito por Marta Mayans Verdera a las 13:40

J'ai trouvé le texte écrit par Henry Van Dyke et c'est le même. Il est possible que mon fiancé l'ait lu avant. Je ne le sais pas mais je le lui demanderai.

Marta


_______________________________________________________________________________


Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 15/08/2010

Bonjour Marta,

Le fait d'utiliser les mots de quelqu'un d'autre pour exprimer nos propres sentiments n'est pas réprouvable car si bien notre obligation est d'éprouver des sentiments, nous ne sommes pas obligés de savoir les exprimer. Cette obligation revient aux poètes et, à partir du moment que leurs mots expriment exactement ce que nous ressentons nous sommes tout à fait autorisés à les utiliser comme s'ils nous appartenaient.

Víctor

Víctor Pérez Pérez
Aptitud para el idioma francés eoi
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 15/08/2010

Dans ce débat dédié au temps il ne pouvait pas manquer l'extraordinaire chanson de Léo Ferré "Avec le temps".

C'est une chanson dure car trop réaliste, mais très belle.

Vous pouvez l'écouter ici: Clic !

Paroles:

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie le visage et l'on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
L'autre qu'on devinait au détour d'un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
Avec le temps tout s'évanouit

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Même les plus chouettes souv'nirs ça t'as une de ces gueules
A la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l'on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment... Avec le temps... On n'aime plus