En este grupo En todos

Foro de Francés



Jean de La Fontaine

Ana
Licence ès lettres modernes faculté de...
Escrito por Ana Coretta
el 20/11/2009


Pour tous ceux qui apprécient la poésie, lisez cette belle fable de Jean de La Fontaine



Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d'un long cou.
Il côtoyait une rivière.
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;
Ma commère la carpe y faisait mille tours
Avec le brochet son compère.
Le Héron en eût fait aisément son profit :
Tous approchaient du bord, l'oiseau n'avait qu'à prendre ;
Mais il crut mieux faire d'attendre
Qu'il eût un peu plus d'appétit.
Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
Après quelques moments l'appétit vint : l'oiseau
S'approchant du bord vit sur l'eau
Des Tanches qui sortaient du fond de ces demeures.
Le mets ne lui plut pas ; il s'attendait à mieux
Et montrait un goût dédaigneux
Comme le rat du bon Horace.
Moi des Tanches? Dit-il, moi Héron que je fasse
Une si pauvre chère? Et pour qui me prend-on?
La Tanche rebutée il trouva du goujon.
Du goujon! C'est bien là le dîner d'un Héron!
J'ouvrirais pour si peu le bec! Aux Dieux ne plaise!
Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon
Qu'il ne vit plus aucun poisson.
La faim le prit, il fut tout heureux et tout aise
De rencontrer un limaçon.
Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants ce sont les plus habiles :
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner ;
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.
Bien des gens y sont pris ; ce n'est pas aux Hérons
Que je parle ; écoutez, humains, un autre conte ;
Vous verrez que chez vous j'ai puisé ces leçons.


La Fontaine, "Le Héron"

Cordialement

Ana

Luis Arturo Ayarza Aguirre
Lic en biologia, msc bioquimic univer...
Escrito por Luis Arturo Ayarza Aguirre
el 21/12/2009

Votre poet est tres gais, I y a beaucopu de mots dificil de raconter. Je pais dire que Heron dit queleque choses a la natures. Vous pourre faire un petite ecrit ou raconter la vie de La fontaine. Cest tres interesant.

Carmen Carrion Martinez
Peluqueria formacion profesional
Escrito por Carmen Carrion Martinez
el 28/02/2010

C´est une fable très bonne. Une morale dans laquelle en utilizan le héron Jean de la Fontaine la dédique aux humains. "On hasarde de perdre en voulant trop gagner". C´est souvant si vrai.....

Ana Coretta
Licence ès lettres modernes faculté de...
Escrito por Ana Coretta
el 28/02/2010

Bonjour Carmen,

J'aime beaucoup Jean de La Fontaine car toutes ses fables ont une morale universelle.

Je vous remercie d'avoir laissé votre message. J'espère vous lire très bientôt dans d'autres débats ouverts par de nombreux participants.

Bon dimanche

Ana

Isabel L M
Historia universite de liege
Escrito por Isabel L M
el 15/04/2010

Bonsoir Ana

J´aime beaucoup Jean de La Fontaine, ses fables, avec une morale toujours très juste et raisonnable- Les plus connues. La Cigale et la fourmi, Le Corbeau et le Renard font partie de mes préférées.
Merci de nous avoir offert ce débat.

Bonne soirée- Isabel

Ana Coretta
Licence ès lettres modernes faculté de...
Escrito por Ana Coretta
el 17/04/2010

J'adore toutes les poésies de La Fontaine mais celle que je prise tout particulièrement est: Le Chêne et le Roseau.

À+

Ana

Isabel L M
Historia universite de liege
Escrito por Isabel L M
el 17/04/2010

Certaines fables de La Fontaine sont moins connues que d´autres, celle ci par exemple, qui pourrait s´illustrer avec le proverbe "tel est pris qui croyait prendre" est une d´entre elles :

"

LE RENARD ET LA CIGOGNE.

Compère le renard se mit un jour en frais,
Et retint à dîner commère la cigogne.
Le régal fut petit et sans beaucoup d'apprêts :
Le galand, pour toute besogne,
Avait un brouet clair ; il vivait chichement.
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :
La cigogne au long bec n'en put attraper miette,
Et le drôle eut lapé le tout en un moment.
Pour se venger de cette tromperie,
A quelque temps de là, la cigogne le prie.
" Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis
Je ne fais point cérémonie."
A l'heure dite, il courut au logis
De la cigogne son hôtesse ;
Loua très fort la politesse ;
Trouva le dîner cuit à point :
Bon appétit surtout ; renards n'en manquent point.
Il se réjouissait à l'odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.
On servit, pour l'embarrasser,
En un vase à long col et d'étroite embouchure.
Le bec de la cigogne y pouvait bien passer ;
Mais le museau du sire était d'autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l'oreille.

Trompeurs, c'est pour vous que j'écris :
Attendez-vous à la pareille."

J´espère qu´elle vous aura plu.
Bonne soirée

Ana Coretta
Licence ès lettres modernes faculté de...
Escrito por Ana Coretta
el 17/04/2010

Excellent!

Bonne continuation

Ana