En este grupo En todos

Foro de Francés



Connaissez-vous des poèmes qui parlent d'amitié?

Maite
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 01/04/2011

Bonsoir à tous:

Permettez-moi que j'utilise ce magnifique forum pour vous demander un petit service. Connaissez-vous des poèmes en français qui parlent d'amitié? Il y a un bon moment que je réfléchis, mais je n'en trouve pas parmi les auteurs classiques et non plus parmi les contemporains.

Merci d'avance. Je vais continuer avec mes recherches.

Maite

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Bonsoir à tous et à toutes,


Maité, en attendant de trouver une poésie en français sur l’amitié, je vais faire un hors-sujet pour présenter ce qu’est l’amitié selon Montaigne. De l’amitié Les Essais - Montaigne

Extrait du livre Ier, chapitre XXVIII


Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ce ne sont qu'accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité, par le moyen de laquelle nos âmes s'entretiennent. En l'amitié de quoi je parle, elles se mêlent et confondent l'une en l'autre, d'un mélange si universel qu'elles effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. Si on me presse de dire pourquoi je l'aimais, je sens que cela ne se peut exprimer, qu'en répondant : « Parce que c'était lui, parce que c'était moi. »
Il y a, au-delà de tout mon discours, et de ce que j'en puis dire particulièrement, ne sais quelle force inexplicable et fatale, médiatrice de cette union. Nous nous cherchions avant que de nous être vus, et par des rapports que nous oyions l'un de l'autre, qui faisaient en notre affection plus d'effort que ne porte la raison des rapports, je crois par quelque ordonnance du ciel ; nous nous embrassions par nos noms. Et à notre première rencontre, qui fut par hasard en une grande fête et compagnie de ville, nous nous trouvâmes si pris, si connus, si obligés entre nous, que rien dès lors ne nous fut si proche que l'un à l'autre. Il écrivit une satire latine excellente, qui est publiée, par laquelle il excuse et explique la précipitation de notre intelligence, si promptement parvenue à sa perfection. Ayant si peu à durer, et ayant si tard commencé, car nous étions tous deux hommes faits, et lui plus de quelques années, elle n'avait point à perdre de temps et à se régler au patron des amitiés molles et régulières, auxquelles il faut tant de précautions de longue et préalable conversation. Celle-ci n'a point d'autre idée que d'elle-même, et ne se peut rapporter qu'à soi. Ce n'est pas une spéciale considération, ni deux, ni trois, ni quatre, ni mille : c'est je ne sais quelle quintessence de tout ce mélange, qui ayant saisi toute ma volonté, l'amena se plonger et se perdre dans la sienne ; qui, ayant saisi toute sa volonté, l'amena se plonger et se perdre en la mienne, d'une faim, d'une concurrence pareille. Je dis perdre, à la vérité, ne nous réservant rien qui nous fût propre, ni qui fût ou sien, ou mien.

Les Essais, livre Ier, chapitre XXVIII – Montaigne

A+,

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 01/04/2011

Merci, Ana. Magnifique texte de Montaigne sur l'amitié. Il l'a écrit, paraît-il, en pensant à son grand ami Étienne de la Boétie.

Maite.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Voici une poésie sur l'amitié
Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859). Recueil : Élégies (1830) .

Les deux amitiés.

Il est deux Amitiés comme il est deux Amours.
L'une ressemble à l'imprudence ;
Faite pour l'âge heureux dont elle a l'ignorance,
C'est une enfant qui rit toujours.
Bruyante, naïve, légère,
Elle éclate en transports joyeux.
Aux préjugés du monde indocile, étrangère,
Elle confond les rangs et folâtre avec eux.
L'instinct du cœur est sa science,

Et son guide est la confiance.
L'enfance ne sait point haïr ;
Elle ignore qu'on peut trahir.
Si l'ennui dans ses yeux (on l'éprouve à tout âge)
Fait rouler quelques pleurs,
L'Amitié les arrête, et couvre ce nuage
D'un nuage de fleurs.
On la voit s'élancer près de l'enfant qu'elle aime,
Caresser la douleur sans la comprendre encor,
Lui jeter des bouquets moins riants qu'elle-même,
L'obliger à la fuite et reprendre l'essor.

C'est elle, ô ma première amie!
Dont la chaîne s'étend pour nous unir toujours.
Elle embellit par toi l'aurore de ma vie,
Elle en doit embellir encor les derniers jours.
Oh! Que son empire est aimable!
Qu'il répand un charme ineffable
Sur la jeunesse et l'avenir,
Ce doux reflet du souvenir!
Ce rêve pur de notre enfance
En a prolongé l'innocence ;
L'Amour, le temps, l'absence, le malheur,
Semblent le respecter dans le fond de mon cœur.
Il traverse avec nous la saison des orages,
Comme un rayon du ciel qui nous guide et nous luit :
C'est, ma chère, un jour sans nuages
Qui prépare une douce nuit.

L'autre Amitié, plus grave, plus austère,
Se donne avec lenteur, choisit avec mystère ;
Elle observe en silence et craint de s'avancer ;
Elle écarte les fleurs, de peur de s'y blesser.
Choisissant la raison pour conseil et pour guide,
Elle voit par ses yeux et marche sur ses pas :
Son abord est craintif, son regard est timide ;
Elle attend, et ne prévient pas.
Marceline Desbordes-Valmore sur www.poesie-francaise.fr

.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Bonsoir Maite,

Tu as tout à fait raison, Montaigne a écrit ce texte en hommage à son grand ami La Boétie.


Bonne continuation,

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 01/04/2011

Merci beaucoup, Ana!

C'est un très beau poème sur l'amitié.

Un grand merci encore.

Maite.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Il n' y a vraiment pas de quoi!

Ana

Víctor Pérez Pérez
Ingeniería técnica en telecomunicacion...
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 01/04/2011

Rien à voir avec le sujet du débat mais juste un mot pour dire qu'étant jeune je tombais en admiration devant les pensées de Montaigne, surtout à cause du milieu social auquel il appartenait.

Víctor

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Je continue sur ta lancée Víctor, moi je me suis toujours imaginée dans sa demeure, surtout dans sa bibliothèque, logée dans l'une de ses tours de son château, à l'écart des regards curieux.

.... Au petit matin, je me voyais étant jeune fille parcourant la campagne et les bois à ses côtés sur un cheval alezan.

Ana

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Víctor, tu pourrais nous proposer une poésie. Qu'en penses-tu?

Ana

Víctor Pérez Pérez
Ingeniería técnica en telecomunicacion...
Escrito por Víctor Pérez Pérez
el 01/04/2011

Jaja! J'aimerais bien proposer une poésie mais c'est qu'à part "Mignonne allons voir si la rose, qui ce matin... Etc. " j'en connais bien peu. Je ne promets rien mais j'essaierai de trouver quelque chose dans le fond de mes tiroirs...


À propos du petit matin chez Montaigne, Ana, souviens-toi qu'il se faisait réveiller par ses valets à 3 heures du matin...


À ce propos, bonne nuit à tous!

Víctor

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 01/04/2011

Sans aucun doute j'aurais été éveillée tout comme lui lorsqu'il était enfant « par un joueur d’épinette » afin de ménager mon mauvais caractère matinal qui disparaît rapidement une fois mon petit déjeuner avalé.


Bonne nuit et à demain.

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 02/04/2011

Bonjour Ana et Victor,

Permettez-moi de faire un petit parenthèse pour vous dire que je suis vraiment ravie de vous avoir rencontrés. Chaque ligne de vos écrits m'apprend quelque chose, me fait réfléchir...

J'admire infiniment votre maîtrise de la langue française, de sa littérature et de sa culture, moi, qui adore cette langue au point d'avoir décidé à l'âge de neuf ans que je voulais consacrer ma vie à l'apprendre aux autres.

Mon rêve s'est accompli et j'apprends le français à des adolescents de 11 à 17 ans. C'est surtout la compréhension et l'expression orale et écrite que j'enseigne. La littérature et malheureusement laissée un peu de côté, étant donné que les livres et les programmes ne s'en occupent pas trop. Malgré tout, chaque année je profite pour leur parler un petit peu d'un auteur français, pour lire un livre en français facile, pour aller au théâtre ou pour participer à un concours de production en langue française.

J'aime bien cette petite approche de la littérature française. Cette année, on est allés voir "Les femmes savantes" de Molière et à présent on travail un petit peu la poésie sur la nature, la jeunesse, l'adolescence, l'amour et l'amitié. Voilà pourquoi, je cherchais des poèmes parlant d'amitié. Je n'en trouvais pas. Merci encore à Ana et à Victor pour leurs apports.

Je me sens un peu "petite" à côté de vous, mais je suis ravie d'apprendre chaque fois que je vous lis et, surtout, de rémemorer mes années de Faculté, où la Litterature Française était vraiment importante.

Je suis d'accord avec tout ce que vous avez dit de Montaigne. Il a une phrase qui m'a toujours fait réfléchir: "Mieux vaut une tête bien faite qu'une tête bien pleine". Je peux vous assurer que ce c'est que je prèfère chez quelques élèves que je trouve vraiment "perdus" dans la réalité de la vie, de leur vie.

Bonne journée à tous les deux.


Maite

Cladir Gabriel-garcía
Letras universidade de são paulo
Escrito por Cladir Gabriel-garcía
el 02/04/2011



Bonjour Ana, bonjour a tous

J'ai
lu Desbordes-Valmore dans ma vie d'étudiante , est un grand plaisir d' être de nouveau avec elle ici . Merci.

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 02/04/2011

Bonjour à toutes et à tous,

Chère Maite, si tu ne l'as pas encore lu, je te recommande le livre D'Edgar Morin "Tenir el cap clar" Per organitzar els coneixements i aprendre a viure Edicions La Campana.

Com més ens veiem submergits en la massa creixent d'informacions i sabers, més necessari és tenir un cap clar per establir ponts entre els diversos aspectes del món d'avui.

"La primera virtut d'aquest llibre és la claretat", ha escrit Le Monde, confirmant que Edgar Morin predica amb l'exemple. I en aquest llibre, el prestigiós pensador examina un dels problemes més angoixants d'aquest nou segle: l'expansió incontrolada de coneixements.

No es tracta doncs, d'acumular sabers, sinó de tenir un cap ben construït per poder relligar tants coneixements separats.

Edgar Morin també dedica la seva atenció a l'ensenyament, que compartimenta els coneixements en comptes d'articular-los com un teixit útil, cal establir relacions entre tot allò que afecta el ser humà i donar a tothom una capacitat de pensar adaptada a la realitat d'un món global. Per això, diu Morin, convé resistir la pressió dels experts i els tecnòcrates.

En definitiva, el gran objectiu és aconseguir formar un cap ben clar en comptes d'un cap ben ple, ensenyar la condició humana i iniciar-se en l'experiència de viure amb la ment i l'esprit oberts.

Edgar Morin, sociolèg, director emèrit del CNRS, de París, ha publicat moltes i diverses obres que li han donat un gran prestigi.


J'espère n'enfreindre aucune règle du Forum en écrivant exceptionnellement en catalan. J'ai sous les yeux le livre que j'ai acheté en 2001 en catalan et je reconnais avoir eu la paresse de faire la traduction de ce qui était si bien expliqué en catalan. De plus, je ne sais vraiment pas si ce livre est paru en espagnol. Dans la mesure où Maite est experte en catalan, j'ai pensé qu'elle pourrait trouver un certain intérêt à ce livre.

Bonne fin d'après-midi,

Ana

Ana Coretta
Licenciada fac de lettres et sciences ...
Escrito por Ana Coretta
el 02/04/2011

Merci Cladir pour ton gentil commentaire.


À très bientôt,

Ana

Maite López M.
Experto: catalán
Escrito por Maite López M.
el 02/04/2011

Chère Ana,

Merci beaucoup pour ta recommandation. Dès lundi j'irai le commander chez mon libraire habituel. Il m'a semblé très intéressant tout ce que tu as écrit à propos du livre et je pourrai sûrement tirer profit de sa lecture.

Es realmente sorprendente lo que ha dado de sí este debate. De poemas de amistad hemos pasado a Montaigne y de Montaigne a Edgar Morin. Todo un ejemplo de "cabezas bien hechas" además de "bien llenas";-)

Feliz tarde a todos.

Maite